Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 17:50

The D-Men sont la première incarnation de The Fifth Estate. Nous parlons de légendes du Connecticut et la localité est Stamford, hâvre magnifique pour la gentry de New York. Malgré son inclusion dans la Nouvelle-Angleterre, le Connecticut présente assez peu de similarités avec ses voisins puritains. Ainsi les futurs Fifth Estate joueront une pop music mélodieuse, claire, aiguë, souvent dotée d'inflexions latines, d'arrangements easy-listening et ne rechignant pas à une pincée de blue-eyed soul. Tout cela nous les fait considérer comme une émanation banlieusarde du son de Long Island. Mais en 1964, The D-Men subissent encore l'influence du Nord. Leur "No Hope For Me" doit autant à l'esthétique virginale et optimiste de Mike Brassard qu'à la tendresse spécifique des scènes de l'Iowa et du Minnesota.

 

D-men 2

 

Les éléments sont les suivants : la recette éprouvée du beat suspendu pour les couplets (comme dans "Kathy Run Around" d'Uncle & The Anteaters, ou "At The Club" des T-Bones), moyen très sûr d'imiter le battement du coeur, le refrain de l'emballement, strictement ascensionnel, les voix riches en protéines dont la hauteur est juste et l'élocution, précise, l'orgue idiosyncratique des Etats du Nord que l'on entend jusque dans les Chessmen du Canada. Jugée moins dans ses parties, et plus dans son ensemble, "No Hope For Me" est une idylle adolescente purgée de son drame. The D-Men savent en effet qu'ils ne travailleront pas demain et que la rentrée suivante à l'Université les comblera d'opportunités avec les jeunes ladies. Alors "No Hope For Me" se chante gaillardement, dessinant pour nous les patinoires et les parquets de basketball sur lesquels le groupe dut jouer -et dans l'orchestre et dans l'équipe.

 

D-Men - No hope for me

 

D-Men

Partager cet article
Repost0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 16:06

        Ancien chanteur des magiques Hard Times de San Diego, groupe qui a avec une délicatesse nonchalante caramélisé la pop californienne, Rudy Romero publie un unique album solo en 1972. S’il est en partie marqué par l’esprit singer/songwriter communautariste bien de son époque (jusque dans les rumeurs : George Harrison aurait gratté quelques accords pendant les sessions, la belle affaire), c’est bien un homme seul qui l’habite, du moins y entend-t-on les mouvements de son unique cœur surpeuplé, une dernière fois, avant que Rudy Romero ne s’évanouisse lentement dans l’alcool et le laisser-vivre, sous le regard impuissant de ceux qu’il a aimés. Dans le meilleur morceau de l’album, c’est bien l’ivresse et le laisser-aller qui règnent de concert.

 

http://991.com/newGallery/Rudy-Romero-To-The-World---Wh-519646.jpg

 

        « Love comes when it wants to anyway » est la plus belle illustration du fatalisme béat à l’œuvre dans le disque. Ce fleuve harmonique de quatre minutes trente, qui s’imprime ensuite pour toutes les semaines de l’existence, est mené par une voix d’une justesse constante, timide et inébranlable, relâchée et éperdue. De toutes manières, l’amour vient sans s’annoncer, il ne nous reste plus qu’à le subir délicieusement, puisque “We don’t have to find an answer or a meaning about being here together”. Contrairement à son phrère de pure joie et déchéance, Dennis Wilson, Rudy Romero n’est pas à la recherche du « quelque chose » qui a poussé Dumb Angel à son dernier plongeon. Avec lui la fêlure est pleinement assumée et la rêverie, bercé par les aléas de cette vie qu’on n’a pas choisi de susurrer, préférée aux dents de scie du sublime.

 

 

 

Rudy Romero - Love comes (when it wants to anyway)

Partager cet article
Repost0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 15:55

AUTORITÉS


Un ancien système, dans lequel le Psycho-Batave n'était pas souverain, croisait essences et
itinéraires spirituels. Il présentait l'avantage de rendre compte des transversales entre nos principales
catégories mais en soi, le système n'offrait pas une grande plasticité à la matière que nous y
traitions. D'où la nécessité d'une refonte : le Psycho-Batave qualifie désormais l'ensemble de ce que
nous y faisons figurer ; au lieu d'essences et d'itinéraires spirituels, nous parlerons de postures et
d'expressions. La posture désigne une attitude fondamentale d'un sujet face au monde.
L'expression désigne l'action particulière du sujet dans le monde, une même posture préparant
toujours plusieurs expressions potentielles.


Dans le Psycho-Batave, il y a quatre postures : le Ui, soit la recherche d'un accord avec
autrui et/ou la nature ; le Pat, soit le pouvoir d'un sujet sur autrui ; le Mood, soit le repli du sujet
dans son intériorité ; la Toge, soit la contemplation d'un ordre supérieur. Seuls le Ui et le Pat sont
des postures aux prises avec l'expérience. Le Mood et la Toge sont des postures qui, chacune à sa
manière, évitent de se mesurer au réel. La Toge pousse ce refus au dernier degré puisqu'elle délaisse
même le sujet. Quant au Mood, s'il conserve en effet le sujet, celui-ci n'a plus d'autre objet que luimême.
Il est devenu un absolu.

 

http://www.merrellfankhauser.com/exilesbig.jpg

Merrell Fankhauser, fameux détenteur du Ui

 

 

POSTURE PSYCHO-BATAVE I : LE UI


Le Ui est la posture primordiale du Psycho-Batave, lorsque celui-ci est adéquat au monde, et
il connaît six expressions. La première d'entre elles dans l'ordre de la théorie mais également dans
celui du temps est l'Original Ui, dont les caractères principaux sont l'innocence, la spontanéité, la
simplicité et un certain art de la faveur. Procèdent de ce Ui des origines, d'une part le Friendly Ui et
le Ui of Intimacy qui tous deux réalisent le Ui dans le cadre des relations avec autrui, relations
amicales pour le premier et amoureuses pour le second, d'autre part le Healthy Ui, le Ui of the
Meadows et enfin, l'Heroic Ui, trois expressions du Ui dans la nature. Le Healthy Ui est la
célébration de l'inexpugnable santé des forces de la nature. Le Ui of the Meadows est la jouissance
de l'effusion dans un espace découvert -l'article de Jean Pop II sur The Five Americans demeure la
meilleure lecture pour entendre cette expression si subtile du Ui. On y apprendra que le désir
d'horizontalité ne nie pas la verticalité, comme on le croit généralement, mais qu'il s'oppose plus
sûrement aux pièges de la profondeur. L'Heroic Ui, enfin, se situe à la crête du Ui : s'il affirme plus
que toute autre expression du Ui l'euphorie et même l'extase de la présence au monde, il confère au
sujet une importance accrue et en ce sens, peut se rapprocher en certaines occurrences d'expressions
du Pat ou d'expressions du Mood, soit les deux postures du sujet proéminent. L'Heroic Ui peut aussi
bien revêtir -en apparence- la Toge, lorsqu'il est tenté de représenter un monde plein de majesté.
Toutefois, le monde de l'Heroic Ui est bien le nôtre, qui a été magnifié, alors que le monde de la
Toge est résolument celui des Dieux.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 10:34

 


 

Mr Flood’s Party – Alice was a dream

Dion – Knowing I won’t go back there

Bodine – It’s just my way

Tres – Bittersweet tears

New Riders Of The Purple Sage – Last lonely eagle

Eddie Floyd – Got to make a come back

Bill Brandon – Rainbow Road

Jay Wiggins – Forgive and forget

Steve Dixon – Sunday afternoon in Memphis

Honeybus – For where have you been

The Idle Race – The birthday

Daddy’s Act – Eight days a week

Marvin, Welch & Farrar – Faraway falling

Link Wray – Fallin’ rain

Eddie & Ernie – Standing at the crossroads

Reuben Bell – Too late

Billy Young – Still my life through

Vernon Wray – Lonely son

Shabah – I need somebody to love

Derroll Adams - Oregon

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 10:16

 


 

The Roaches – Someone with a heart

The Royals – The lady’s bad

Lords – One of these days

The Nightcrawlers – Me for me

Trav’lers – Shadow of defeat

Grammy Fones – Now he’s here

The U.S. Males – Come out of the rain

P.J. Proby – You can’t come home again

Felix Cavaliere – Everlasting love

The Wildweeds -  Where is our love

Jamie & The Jury – This too shall pass

Luther Ingram – I’ll just call you honey

John Ellison – All I want is your love

Jaibi – What good am I

Frederick Knight – I let my chance go by

The Larks – Lost my love yesterday

The Clique – You’ve been unfair

Heinz & The Wild Boys – Big fat spider

Imp-acts – If I were the only one

Price & Sheridan – Bitter sweet

The Gremlins – I can’t say

Strangers – I’d never be blue

Johnny Farnham – In my room

Os Baobas – Bye bye my darling

Golden Earrings – No need to worry

Partager cet article
Repost0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 10:50

 

Dave & The Wanderers – My heart is in pain

Real List – Pick up the marbles

Innkeepers – Never should have done it

Soul Owners – I can’t hide

Brian Arthur – What can you do with a broken heart

The Tempos – You’re not here

Neighborhood Bakery – A waste of time

Enemies – My dues have been paid

Oscar 5 – I won’t be your fool anymore

Playboys Of Edinburg – Wish you had a heart

Kaynines – That ain’t right

Johnny Sayles – You told me a lie

Johnny Dynamite – Everybody’s clown

Major Burkes – I’m in love

Allen Green – Laughing at me

Jeff Dale – A suffering pain

General Assembly – Sensitive mind

Richard Henry – Oh girl

The Sorrows – Don’t sing no sad songs for me

The Scarlet Ribbon – Four in the morning

Apple Corps – Don’t leave me

Front Line – I don’t care

Four Rogues – Sad & blue

Wrong Numbers – I wonder why

Foamy Brine – Tell her

Partager cet article
Repost0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 10:37

 

The Music Explosion – Hearts and flowers

Blue Lite Conspiracy – Her heart said no

New Dawn – I see a day

The Elastik Band – Mixed emotions

Somebody’s Chyldren – Shadows

The Dickens – Sho’ need love

The Artwoods – One more heartache

Federal Duck – Tomorrow waits for today

Dry Ice – Mr. Sawyer

Willie & The Walkers – Magic in her eyes

Those Fadin’ Colours – Try me on for size

Jimmy Lomax – Remember me

Lee Bonds – I’ll find a true love

Joe Mayfield – How’s things with you

Billie Dearborn – Friday’s child

Bobby Dixon – Woman you made me

Scot Richard Case – Who is that girl

The Kitchen Cinq – You’ll be sorry some day

The Omegas – Mr. Yates

The Kinetics – Feeling from my heart

Carrol’s Mood – No one’s waiting for me

Index – Rainy starless night

C.A. Quintet – Sleepy hollow lane
 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 10:50

 

The Magic Sounds – I’m in love with you

The Mixed Emotions – Search my heart

The Chaparrals – If your heart were only wise

Vilas Craig & The Vi Counts – My heart

The Fantastic Baggys – My heart is an open book

The Fantastic Dee Jays – Mr. Sad

The Hellions – Daydreaming of you

Forever Amber – Bits of your life, bits of my life

Caretakers – All you got to do

The Dream – Driftin

The Searchers – What have they done to the rain

Floyd Henley – Believe in me

Bobby Angelle – I wanna go back home

Rick & The Sonics – As time goes by

Little Ann – Deep shadows

The Masters Of Soul – Please wait for me (demo)

The Others – Morning

United Travel Service – Like me

Blue – The way things are

Passing Clouds – Clock upon the sky

The Uniques – Look to me

The Summer Sounds – Lonely beach

The Enfields – You don’t have very far

Nocturnal Day Dream – Dark dreary night

Partager cet article
Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 08:10

 

Dusty Greyrock – Tears in my heart

Chevelles – Tears

The Heirs – Do you want me

The Citations – Long time wanderin’

Michael – If I were a man

Vic Pernell & The Hangmen – Sad boy

John Carter & Terry Kennedy – It’s your turn to cry

Mascots – A sad boy

Explicit souls – Rebecca’s shop

Chosen Few – I won’t be around anymore

Gary James – You’re gone

Russ Lewis – Love made me blue

Gene Burks – You don’t love me

Merle Spears – It’s just a matter of time

The Modern Redcaps – No sign of you

The Chi-Lites – Oh girl

Freddie Cook & The D-Men – I just can’t stop my tears

The Out Cast – Bokuno Sobakara

Creme Soda – Keep it heavy

Mystery Meat – Tears

The Art Collection – So sad about us

The Challengers – The streets of London

The Mad Tea Party – Keep it in your mind

Patti’s Groove – Tears fill the hours

Partager cet article
Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 07:49

WildCherriesPhoto1965.jpg

The David – People saying, people seeing

The City Zu – Too much, too soon, too fast

Five By Five – Hang up

Plague – The face of time

Neal Ford Factory – You made me a man

Hidden Charms – The hill

The Wild Cherries – That’s life

Q65 – The life I live

Blue Comets – Linda

The Movement – Head for the sun

Freedom – Seeing is believing

The Unemployed – They won’t let me

Darrow Fletcher – What good am I to loving you

Tommy Smiley – I won’t cry

John Ellison – Let me be the one

Tokay Lewis – What can the matter be

The Yo Yo’s – The Raven

The Bare Facts – To think

Gross National Product – That’s what I’ll do now

Licorice Schtick (Milan) – Flowers flowers

The Knickerbockers – High on love

The Del-Vetts – If you’re ready

Bohemian Vendetta – Charity Killjoy 

Partager cet article
Repost0