Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 10:22

Bien/Mal

Pancho Villa & The Bandits "Ain't that bad"

The Bad Seeds "Sick and tired"

The Bare Facts "Bad part of town"

Chimney Sweeps "Devil girl"

Stix & Stonz "You're bad news"

The Zakary Thaks "Bad girl"

Human Beings "You're bad news"

Evil "I know I'll die"

The Bittersweets "She treats me bad"

 Bad Manners "I am alone"

Dean Carter "Shadow of evil"

Gin Gillette "Train to Satanville"

Fallen Angels "Bad Woman"

James Brown "Funky president (people it's too bad)"

Bett Harris "I'm evil tonight"

Gene Anderson "The devil made me do it"

Cookie Jackson "Your good girl's gonna go bad"

Classics "Mean woman"

The Wheels "Bad little woman"

Pat Farrell & The Believers "Bad woman"

N' Betweens "Girl I am your evil witchman"

Della Humphrey "Don't let the good girls go bad"

The Coasters "Bad blood"

The Mastermen "Why do you treat me so bad ?"

The Rockatones "Bad girl"

 

Ascots "So good"

Vince Maloney Sect "No good without you"

Pink Finks "You're good for me"

Greg Anderson "I feel good"

Troubled mind "I'm good for you"

Appolo's Apaches "Be good to me"

Centrees "She's good for me"

Secrets "Somethin's good for me"

Beau Havens "Feel so good"

Al Green "One of those good old days"

Them Two "Am I a good man ?"

James Duncan "Mister goodtime"

Peggy Woods "You better be good"

The Merry-Go-Round "A clown's no good"

Twice As Much "You're so good for me"

Sandy Salisbury "The good ol' times"

Joe Meek "I've been good to you"

Four-A-While "Baby's good"

Good Feelins "Shattered"

Jaggers "Feel so good"

Good Idea "Inside, outside"

Donald Hight "You sure know how to make a man feel good"

Rodger Collins "You're looking good"

Bety Everett "You're no good"

The Wanderer's Rest "In good time"

Nite Caps "You're looking good"

Uder Mermouch a attribué au Mississippi un indice de 4.9 sur l'échelle Psycho-Batave

Uder Mermouch a attribué au Missouri un indice de 3.7 sur l'échelle Psycho-Batave

Partager cet article
Repost0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 15:45

Massachussets Master Mix !!!

Cliquez ici pour le télécharger !

Playlist :

The Barbarians "You've got to understand"

Beep Beep & The Roadrunners "Through the night"

The Classics "Mean woman"

The Levis "That's not the way"

Richies Renegades "Don't cry"

The Fifth Generation "If I see her"

John Brown's Bodies "Out of my mind"

The Mauve "You got me cryin"

Royale Coachmen "Killer of men"

The Rouges "Next guy"

The New Breed "Wasting my time"

The Nightrockers "Junction N°1"

The Ramrods "Merry go round"

The Boys From New York City "I'm down girl"

The Bold "Gotta get some"

Little John & The Sherwoods "Long hair"

The Landlords "I'm through with you"

The Rising Storm "Frozen laughter"

The Specters "Depression"

The Psycopaths "Til' the stroke of dawn"

The Bugs "Slide"

The Shames "My world is upside down"

The What Fours "Basement walls"

The Timetakers "At least I'll try"

William The Wild One "Willie the wild one"

Rockin' Ramrods "Bright lit blue skies"

The Remains "Say you're sorry"

Teddy & The Pandas "68 days till september"

Partager cet article
Repost0
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 11:00

Y

 

C'est encore une fois privés de Mermouch que nos infatigables héros menèrent à son terme cette émission goûtue, bien que trop souvent interrompue par les jérémiades de Poire, auquel il fut donné une salutaire leçon de modestie.

Phrase de la semaine : "Pour un enfant, la motricité c'est la vie" (Jeanpop2)

The Byrds "Lady friend"

The Changing Tymes "Bye tyme"

The Wyld "Lost one"

The Changing Tymes "Try a whole lot harder"

The Playgues "Gotta be goin"

The Shyres "Where is love"

The Wylde Knights "Beaver patrol"

Vy-Countz "Goodbye"

The Playgues "Baby no more"

Undecyded "Make her cry"

Johnny & The Night Ryders "I had a girl"

The Shaynes "From my window"

Morning Tymes "On top"

Bryan Ferry "You go to my head"

Satan's Chyldren "Don't go"

Dudley & The Doo Rytes "U.F.O."

Kenny & The Kasuals "Journey to tyme"

The Chylds "Hey girl"

The Bryds "Your lies"

The Barking Spyders "I want your love"

Luvyn Kynd "Missy D.M."

The Fyrebirds "I'm so lonely"

Uder Mermouch a attribué au Minnesota un indice de 3.6 sur l'échelle Psycho-Batave

Partager cet article
Repost0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 16:53

Le monde Psycho-Batave est en émoi !!!

Nos théories se trouvent une fois de plus avérées !!!

L'Iran est Un Pays PB !!!

Le président de la République Islamique Iranienne Mahmoud ahmadinejad a choisi "The eagle never hunts the fly" de The Music Machine pour hymne officiel !

Les images de la cérémonie :

 

Partager cet article
Repost0
26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 18:05

Argent

Poire à l'hôpital pour une opération de salut public, Jeanpop2 se trouva épaulé de l'unique Mermouch pour cette émission au mood et à la thématique fort Psycho-Batave. Et ouais.

Phrase de la semaine : "La pauvreté, c'est le pub-rock" (Jeanpop2)

John Schroeder Orchestra "Soul for sale"

The Blue Things "Pennies"

The Outsiders "Filthy rich"

Sonny Flaharty "Can't buy my soul"

Billy Sandlin & The Interns "Poor rich girl"

The Poor "She's got the time"

Mark Radice "Save your money"

Canterbury Music Festival "Poor man"

The Shakers "Who will buy these wonderful eyes"

Bobby Womack "No money in my pocket"

Lonnie Mack "Save you money"

Clarence Reid "Send me back my money"

Ian & The Zodiacs "No money no honey"

The Lost Generation "I'd gladly pay"

Mandy & Girlfriends "Money"

The Gass Co. "First I look at the purse"

Master's Apprentices "Poor boy"

Golden Earrings "Daddy buy me a girl"

The Electric Prunes "Sold the highest bidder"

M. Lucky & The Gamblers "Alice designs"

The Spiders "M. Tax"

The Bacardis "Don't sell your soul"

The Eyes "Man with money"

 Uder Mermouch a attribué au Michigan un indice de 7 sur l'échelle Psycho-Batave

Partager cet article
Repost0
17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 19:59

Bégaiement

 

C'est privés d'Uder Mermouch mais en pleine possession de leur Pat que nos héros animèrent cette émission Top-notch, à la playlist une fois de plus gorgée de killers. Notre ami Of the lose venant en fin d'émission prêter main forte au syndicat du rire. 

Phrase de la semaine : "et lui (Ronnie Dawson) mon pote, il est pa tar ... il est pas d'Harvard" (Jeanpop2)

Earl Carter "Shake your po po"

Ronnie Dawson "Do do do"

The Gestures "Run run run"

The Shades "Please please please"

The Spiders "Go go"

Gi Gi "Daddy love part one"

ZZ Hill "What more"

Willie Harper "You you"

The Tren-Teens "Your ya ya's gone"

Annabee Now "Bo bo boogie pack"

Sons Of Fred "I, I, I want your loving"

The Knack "Time, time, time"

The Impac "Rat-Tat-Ta-Tat"

The Grodes "Uh-uh girl"

The Dhag Dhags "Tipo Sicodelico"

The 3rd Evolution "Gone gone gone"

The Dodos "Make up my mind"

Brenton Wood "Oogum Boogum"

Otis Redding "Fa fa fa fa sad song"

Bobby Bland "Yum yum tree"

Chuck Brooks "Baa baa black sheep"

The Savages "No no no"

The Yo-yoz "Leave me alone"

The Yo-yo's "Crack in my wall"

The Ju-ju's "Hey little girl"

The Jay Jays "Got love if you want it"

Lime "Love a go go"

Uder Mermouch a attribué au Massachussetts un indice de 7.1 sur l'échelle Psycho-Batave

Partager cet article
Repost0
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 19:43

            On appelle New Jersey Spirit toute tentative de la part d’un jeune groupe aux moyens et à la technique frustes, de rivaliser néanmoins avec des productions plus confortables, sophistiquées, typiques des grandes centres urbains. Cet effort donne le sentiment que la chanson ainsi réalisée ne retient des modèles prestigieux que leur élégance de composition et qu’elle les dépare de toutes les affèteries moelleuses qui sont le signe de leur haute naissance. Le New Jersey Spirit nous oblige à dire : cela est bien trop savant pour être gainé dans une telle forme, et pourtant cette disparité semble la condition du charme unique qui en émane. La figure ingrate du New Jersey, son relatif anonymat, sa laideur suburbaine n’expliquent pas, à vrai dire, le choix que nous avons fait de cet Etat qui, à ce que l’on en juge depuis fort longtemps déjà, figure une des cinétiques du désir Psycho-Batave, celle de l’ascension, au sens où nous parlons d’ascension sociale, la plus mondaine et la plus prosaïque des ascensions. Le New Jersey Spirit ne cherche pas tant à améliorer son art, qu’il possède pleinement, qu’à briguer une meilleure Considération. Si le New Jersey mérite son importance dans le symbolisme Psycho-Batave, c’est en raison de sa position géographique qui le situe à peu près à la croisée de deux axes : Boston-Washington/Philadelphie-New York, position propice à de multiples avatars stylistiques, tellement distincts, antithétiques parfois, qu’ils créent dans le New Jersey un Etourdissement. L’étourdissement, c’est une confluence impitoyable de penchants hostiles les uns aux autres qui ne donne jamais lieu à une synthèse harmonieuse ou à une bataille rangée, mais à une colère hébétée et sans objet, l’impression de se trouver aux prises avec des forces très développées dont nous ne maîtrisons pas le passage. Là apparaissent The What-Nots, originaires d’une localité qui compte aujourd’hui dix mille âmes, Hillsdale.

                                  

            Leur joyau « I Need You Baby » n’est pourtant pas empreint du New Jersey Spirit. Les résidents du New Jersey, étourdis, ne comprennent pas eux-mêmes ce dont leur Etat est le jeu, il faut pour cela une distance suffisante, qui nous permet de comprendre, par exemple, pourquoi les légendes du Michigan, The Unrelated Segments, témoignent pour leur part d’un sens accru du New Jersey Spirit. A défaut de cette science, The What-Nots reflètent à la perfection cet étourdissement initial. « I Need You Baby » ne vacille jamais, preuve que cet étourdissement n’entretient guère de rapport avec la gaucherie sentimentale, avec la fébrilité de «l’âme ». Cette musique avance d’un pas lourd, obnubilée, soucieuse à l’extrême de  ne pas dévier, maintenant un cap absurde et progressant sans agilité. Prêtons une attention au jeu de basse et au contre-chant qui appellent presque le qualificatif d’ « autistes ». Il serait magnifique d’apprendre que c’est un seul et même homme qui se charge des deux parties musicales en question, car nous pourrions affirmer que celui-là personnifie l’Etourdissement du New Jersey. L’égale dureté et intensité de la chanson « I Need You Baby » traduit la peur d’un individu qui, faute de la dominer, la couvre du mieux qu’il peut, en outrant les gestes classiques de l’assurance. Mais il ne pourra pas en extirper la raideur pétrifiante. Nous parlons de puissances subies de l’extérieur et étouffées de l’intérieur, de puissances qui cernent l’individu, d’un étourdissement de puissances dont la violence veut une réponse bruyante, ce qui, pour nous, définit le versant tragique du New Jersey Spirit, et aussi l’Adolescence. The What-Nots, en sus de leur génie Psycho-Batave, présentent une image de ce que fut l’Adolescence, au moins aussi exacte que celle montrée dans le dernier film de Delmer Daves. De ce que FUT l’Adolescence, puisque ces grands créateurs ont témoigné de ses derniers feux en 1966 et qu’à présent ce concept, comme ceux d’entéléchie, de monade, ou de quoddité, renvoie à d’antiques manières de vivre, comme à de bouleversantes Atlantis.

The What-Nots - I need you baby

Partager cet article
Repost0
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 20:24

Maiden

Pour cette émission élegamment suante et velue, Jeanpop2 et son crew eurent la joie d'essuyer la visite de Maugelmann, venu entretenir l'auditeur de son expérience de président de fan-club du Maiden à Düsseldorf. Mermouch, d'humeur juteusement massacreuse, poursuivit l'histoire de ses déboires Africains avec les lavilliéristes.

Phrase de la semaine : "Cochons d'Anglais" (M. Poire)

The 12th Knight "Death row"

The Black Diamonds "I want, need , love you"

The Purple Hearts "You can't sit down"

Thane Russal "I need you"

The Litter "(Under the screaming double) eagle"

The Lost Agency "Time to dream"

The Cavemen "It's trash"

Endless "Prevailing darkness"

Little Phil & The Nightshadows "Plenty of trouble"

Roy Head "You almost tough enough"

The Liberty Bell "That's how it will be"

TC Atlantic "Faces"

Lee VI's "Pictures on my shelf"

The Satans "Makin' deals"

The Music Machine "Wrong"

The Cavaliers "Seven days of cryin"

Betty Davis "Oh yea"

The Boys "When I think"

Zero End "Blow your mind"

Macabre "Be forwarned"

The Orange Wedge "From the tomb to the womb"

Uder Mermouch a attribué au Maryland un indice de 5.6 sur l'échelle Psycho-Batave

Partager cet article
Repost0
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 20:23

On le souligne tous les jours : 1966 est une année intouchable. Ce n’est pas une année prodigieuse, il n’y eut pas pléthore d’excellents disques, mais il n’en y eut que d’irremplaçables. On ne parle pas de 1966 comme d’un bon millésime, comme le fruit gorgé du hasard qui vient justement s’abattre à nos pieds. Penser 1966 ne provoque pas chez nous réjouissance des papilles, mise en appétit vulgaire. 1966, c’est le centre, les deux pôles réunis. C’est le lieu où les aînés poussifs comme les futurs tenants du mur de la honte bâtissent tout de même leur grande œuvre. Ainsi, nous n’hésitons pas à affirmer que 1966 est l’année la plus réhaussante pour ces icônes vieux loup quelque peu rances à la Elvis Presley ou Jerry Lee Lewis, comme elle est largement pardonnable pour les futurs monuments comiques nommés elton jaune, alice coupeur, david bovie ou rod stewart, et particulièrement les plus intéressants The Eagles.

En 1966, The Eagles ne sont pas encore le monolithe californien adoré/conspué que nous savons (et partant, vrai groupe polémique, bien plus profondément discutable que certaines farces anglaises de 1977) mais hydre en devenir dont les têtes sont encore disséminées à travers le sol américain. Comme le souligne lucidement un des acteurs principaux du groupe, Don Henley, le son californien des années 70 est un effet de mode, puisque ses architectes ne sont pas pour la plupart originaires de Californie et que le mité rêve Californien est créé par ceux-là même qui débarquent ébouriffés dans la ville, à sa recherche. Ce qui nous permet d’interpréter ainsi ce fantasme : on ne naît pas Californien, mais on le devient. Cette manière élective explique la formation de familles spontanées qui font l’histoire de la ville, depuis les fraternities surf, en passant par la family mansonienne pour finir dans la quiétude domestique, cadre de vie laineux de ceux de Laurel Canyon.

                        

Mais penchons-nous sur la généalogie de The Eagles. En 1966, trois formations voient le jour quasi-simultanément, formant un triangle Psycho-Batave parfait : The Mushrooms dans le Michigan, The Maundy Quintet en Floride et The Poor en Californie du sud, fondé sur les cendres des Soul Survivors du Colorado. Au crépuscule des années 60, ce triangle se téléscope sur l’unique Los Angeles, avec l’arrivée en ville de Glenn Frey et Bernie Leadon qui viendront rejoindre Randy Meisner, permettant ainsi la concentration des forces. Ce qui nous frappe, c’est la composante déjà Italo-américaine abâtardie propre à ces trois groupes, avant l’atterrissage sur la côte ouest.

The Mushrooms jouent dans le style le plus géométrique qui soit pour un groupe de peu de 45 tours. On trouve déjà dans leurs cadences le déhanchement Topanga, la sensualité de cowboy qui sera la marque de fabrique de l’ouest 1972, joué ici avec une extraordinaire sécheresse, 1966 oblige. Le groupe possède l’élément rythmique prépondérant propre aux groupes du Michigan mais contrairement à leurs voisins de The Underdogs, qui incarnent la classe urbaine la plus raide, ils y ajoutent un rien de moletonné supplémentaire qui préfigure déjà le mellow tant vanté de The Eagles.

A l’angle sud-est, The Maundy Quintet de Gainesville, Floride, sont les représentants de l’esprit du New-Jersey le plus exquis. l’Italo-américanisme fauché de « 2’s better than 3 » contenant déjà, de manière infiniment plus touchante et étrangement achevée, des éléments eaglesiens tels que les harmonies étendues et implacablement compactes à la fois, le groove pas encore hippie mais élégamment sensuel, à la manière équestre (avant que la métaphore équestre ne deviennent le plus hilarant lieu commun de milliards de groupes à nuques longues inspirés de The Eagles), sans oublier les entrelacements et voletillements de guitare sèche.

                    

Enfin, à la pointe sud-ouest où tous les angles se rejoignent, The Poor jouent en 1966-1967 dans un style proche de celui du gang de séraphins regroupé autour de Curt Boettcher, à la nuance importante qu’ils le font comme des adultes. Ils ne sont pas happés par la construction du palais de sucre qui mènera à l’effondrement de The Millenium, dont le seul Mike Fennelly se relèvera temporairement avec son groupe bubblegum Crabby Appleton. Non, avec The Poor, nous sommes davantage dans la veine, plus pérenne et éclatante de santé, de Buffalo Springfield et du groupe hardcore californien Poco, formation à laquelle il n’est pas fortuit que le rustaud Randy Meisner ait prêté main forte. Poco, déjà The Eagles, mais qui aurait préservé (grâce au subtil Richie Furay) le goût de la composition et l’exigence musicale propre aux années 60, que les seventies et The Eagles transformeront en facilité instrumentale.

 

The Mushrooms - Burned

 

The Maundy Quintet - 2's better than 3

 

The Poor - Come back baby

 

Poco - Make me a smile 

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 19:14

The party is over

Mermouch revenu de Tanzanie, cette émission coula sur un rythme fluide, hormis une tentative de putsch vite réprimée et un appel forcément intense de Demetrius Jackson, live from Wisconsin. 

Phrase de la semaine : "Le bonheur finalement restera une quête" (Jeanpop2)

Eric & The Chessmen "Too much"

The Poets "I'll cry with the moon"

The Jaguars "The time has come"

The New Breeds "Girl in love"

The Second Hand Bittersweet "Please don't go"

The Vagrants "And when it's over"

John Westley "Just believe"

Don Covay "It's in the wind"

Reuben Bell "You're gonna miss me"

The Strangers "My Suzanne"

The What-Nots "I need you baby"

The Lost Chords "I want to be her man"

The Impacts Ltd "This love is real"

Randy Burns "Liza"

Neil Young "Love in mind"

 The Beach Boys "Be with me"

The Unrelated Segments "It's gonna rain"

The Red Coats Revue "Keep on tryin"

Roy Hightower "Your good man is going bad"

The Enchanters "I paid for the party"

Sly & The Family Stone "In the still of the night"

Mike & The Ravens "Livin in a dream"

The Plagues "To wander"

The Rising Storm "To L.N./Who doesn't know"

Uder Mermouch a attribué au Maine un indice de 2.9 sur l'échelle Psycho-Batave

Partager cet article
Repost0