Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 11:17

http://1.bp.blogspot.com/-M67jtOZNbPU/UIU4uxxr-3I/AAAAAAAASKw/RsNdAq4MzvA/s1600/Heron+-+Back.jpg

 

Put on your toga and wear your love like heaven !

 

Appointment with the wicker man

The Kinks – Mr. Songbird

The Strawbs – Or am I dreaming

Clifford T. Ward – Scullery

Donovan – The mandolin man and his secret

Chris Britton – Maybe time will change you

Danny Doyle – Ballad of Jack Shepard

Fresh Maggots – Rosemary Hill

Ian Matthews – Little known

Honeybus – I can’t let Maggie go

Colin Hare – To my maker

Pete Dello & Friends – I’m a gambler

John Killigrew – Got your number

P.C. Kent – After dark

Marian Segal With Silver Jade – Reflections on a harbour hill

Heron - Wanderer

Quiet World Of Lea & John – There is a mountain

 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 19:02

http://mercedmusic.files.wordpress.com/2011/01/scanning-for-cd-1.jpg

 

I love the past. Much more relaxing than the present. And a much surer thing than the future...

 

Our favourite 2012 reissues ! Thanks to Ace Records, Light In The Attic, Big Beat, Soul Jazz Records, Lion Productions, Now Sounds and many more for the shelter.

 

The Tiffany Shade – An older man

Crystal Syphon – In my mind

Jackie De Shannon – Nobody’s home to go home to

Barry Fantoni – Nothing today

MC Squared – Adults only

Hollins And Starr – Talking to myself

Daughter Of Albion – Lady fingers

The Mamas & Papas – Pearl

Kool And Together – Hey now baby

Clarence Carter – Looking for a fox

Dan Penn – Far from the maddening crowd

Mac Davis – Lucas was a redneck

Ray Stinnett – Liberty train

Bobbie Gentry – Touch ‘em with love

John Killigrew – Yesterday and you

 

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 19:14

Sweet soul désigne la soul langoureuse, urbaine et séculière, richement ornée -principalement de cordes- et le plus souvent chantée en falsetto, quoique le baryton rocailleux produise également les meilleurs effets. Cette variété-là doit être distinguée de la deep soul, variété sacrée, paysanne et humble aussi bien dans ses moyens que dans son éxécution, et de la grande soul mélodramatique typique de New York, qui ne traite que de feux exacerbés. Elle emprunte à la première son sens de l'intimité mais n'en possède pas la ferveur, elle partage avec la seconde le goût des orchestrations élaborées mais met ces dernières au service du confort de l'âtre. Dans les deux cas, la sweet soul récuse toute gravité et tout grandiose : elle a substitué le sentiment à la passion.


Son ascendance est plutôt nordiste que sudiste, en ce qu'elle repose fondamentalement sur la qualité de ses arrangements, davantage que sur l'expérience de ses musiciens. C'est une question d'accent, bien souvent, qui signale une provenance de l'inspiration. Telle chanson est le fruit d'une élaboration et sera décrétée nordiste, telle autre est une épiphanie et appartiendra au Sud. L'auditeur peut trancher là-dessus mais saura très vite qu'en soi, nulle chanson ne relève exclusivement d'un patrimoine. Ces caractères, donnés comme des absolus, se mêlent dans chaque chanson et il s'agit alors de définir ce qui manifeste le plus sa présence, soit l'élément manufacturé nordiste, soit l'élément sauvage sudiste. Pour ce qui regarde la sweet soul, la racine nordiste est plus saillante.
 

 

Puisque l'ironie dicte à l'Histoire ses chapitres les plus capiteux, un groupe de Memphis fut le plus brillant représentant de la sweet soul. Et il le fut moins parce qu'il en aurait été le mètre-étalon qu'en raison de la confluence de tendances passéeset à venir dont il aura été le centre. The Mad Lads ne ressemblaient à aucun groupe de leur label Volt (et de Stax, en général). Ils ne faisaient écho non plus à aucune formation du Nord, comme d'autres fabuleux groupes du Sud, spécialisés dans la romance, pouvaient être perçus comme des avatars de productions nordistes -ainsi The Masqueraders, à Houston, imitant et dépassant The Four Tops, ou The Dramatics, à Memphis, rivalisant avec The Temptations. Mais ils sonnèrent le plus émouvant carillon d'adieu à un genre, le Doo Wop, certes nordiste dans son implantation, mais national dans sa réception, et qui, comme beaucoup de genres aux traits purs, connut son terme en ces années 1964/1965, alors que la soul authentique atteignait à la pleine conscience de sa nature en se dégageant des genres qui en avaient favorisé l'avènement. Avant cela, le Doo Wop était rentré dans l'âge de la décadence, à cause de la sophistication accrue des arrangements que l'on concevait à New York Cette décadence peut être diversement appréciée selon les visages qu'elle présenta entre 1958 et 1963. Ainsi le Doo Wop tardif rayonnait en majesté chez The Flamingos et sombrait au même moment dans les enfantillages d'une certaine variété pop guignolesque. The Mad Lads s'emparèrent du genre peu après son décès et ont par conséquent noué le premier dialogue d'outre-tombe avec le Doo Wop. Ils l'ont d'abord délesté de son apparat, réinvoquant l'innocence étoilée de 1953. Puis ils ont épaissi la brume du souvenir, au point qu'eux-mêmes, The Mads Lads, parussent déjà des reliques. La sensation unique que procure l'écoute de leur répertoire tient en effet à cette volonté précoce (les premiers singles datent de 1964) de sonner encore plus lointain et indistinct que la matière qui les a inspirés. Ils ont enfin, à partir de ce substrat Doo Wop, et c'est ce qui est le plus passionnant à leur sujet,façonné une soul music plus contemporaine, supérieurement mélodique et harmonique, qui n'eut pas son équivalent.

 

http://media.commercialappeal.com/media/img/photos/2011/08/30/Mad_Lads_1_t607.jpg

 
Le tribut au Doo Wop n'est nulle part plus évident que sur les deux premiers standards du groupe : "Don't Have To Shop Around" et "I Want Someone". Les moyens ont changé, à l'exception des voix, mais les contours du rêve, symbolisés par l'orgue d'Isaac Hayes (eh oui), restent identiques. Il n'y a cependant nul entrain chez The Mad Lads. Tout s'y délivre avec une lenteur parfois plaintive, parfois doucereuse, comme un paradis d'enfance secret que l'on quitte à regret. La voix du leader John Gary Williams (un ténor) compte parmi les plus déchirantes du registre avec celle de Bobby Angelle, celle d'Eddie Campbell, celle de Major Burkes, celle de Reuben Bell ou encore celle de Floyd Henley, toutes voix qui surent chanter comme pleurent les enfants. Le Doo Wop est alors frappé d'une nouvelle signification, plus tant musique de la séduction que musique de la nostalgie voluptueuse, musique liant les vertus de l'amour à celles du passé idéal. Dans cette optique, la rencontre de la femme aimée n'est plus que la restitution de l'amour primordial unissant le père et la mère, comme l'avouent crûment les paroles de "I Want A Girl" : "I want a girl just like the girl who married my dad". Il faut cependant saisir ce qui est le plus précieux chez The Mad Lads dans leurs productions les moins oniriques, lorsque l'intimité est créée dans la délicatesse et le tremblement d'un amour plus mûr mais surtout plus réel. C'est là que le groupe invente le son subtil et pointilleux qui caractérise sa musique. Personne ne joue les ballades de cette manière, à commencer par le batteur dont le jeu, fécond en courts rebonds et au son de caisse claire aussi mat que celui résonnant chez Buddy Holly, transgresse le dogme du sobre accompagnement, de la mesure simplement battue, et habite la ballade grâce à une pulsation émotive, dont on rapprochera l'intention, à défaut de la technique, du jeu du grand Ringo Starr. Le piano, ensuite, omniprésent et responsable de la couleur, est, comme chez les Beach Boys de Wild Honey, désaccordé à la manière honky-tonk, induisant le décalage nostalgique. La guitare réverbère avec un léger twang, qui dessine le nimbe dont se pare le rêve classique. On ne sait jamais si celle-ci commande au piano ou l'inverse, comme sur les somptueux "She's The One", "Come Closer To Me" ou "I Don't Want To Lose Your Love", tant la trame du songe y chatoie avec le même éclat, peu importe l'instrument : le piano honky-tonk retient le clapotis fin de la guitare, tandis que la guitare s'envape dans l'écho céleste du piano.
Ces remarques sur les parties (voix/batterie/piano/guitare) expliquent à peine la grâce du tout. Le son que l'on choisit pour son instrument resterait indifférent si l'on ne méditait pas son usage dans la chanson entière, parmi tous les instruments et regardant l'humeur que l'on souhaite instiller. Avec des sonorités similaires, une musique assez éloignée aurait pu naître. Le groupe soutenant les Mad Lads sait admirablement disposer les timbres, ménager entre les sonorités des silences charmeurs et déclencher de minuscules foudres pour faire se contracter le cœur. C'est un art magnifique que de suggérer à la fois l'abandon et l'élan, sans jamais renoncer à la tenue de l'ensemble, à ce diapason unique grâce auquel opère la magie de "You Mean So Much To Me". Dans ce chef-d'œuvre de l'élégie, quelque chose menace de s'écrouler ou de se dissoudre dans les larmes, quelque chose que l'on pourrait qualifier non pas de solaire mais de jeu à la gorge serrée et qui n'a rien à voir avec l'angoisse, quelque chose qui claudique mais de manière impossiblement gracieuse et ethérée, quelque chose, enfin, que dénouent avec un soulagement pudique les mots du refrain : "I need you so bad/You mean so much to me".

 
Au crépuscule de leur première carrière, en 1967, date à laquelle le Nam éloigna d'eux John Gary Williams (qui ferait son retour en 1969), les Mad Lads enregistrèrent leur chanson la moins indentifiable par la généalogie, devant peu auDoo Wop, sous l'égide duquel on peut ranger la moitié de leur discographie, et ne possédant pas les codes mélodiques et rythmiques de la soul non plus. "Please Wait Until I'm Gone", sa basse bégayante, ses notes d'orgue de scaphandrier placées à contre-temps, sa mélodie sinueuse qui gravit les monts, n'est peut-être pas la création la plus poignante du groupe. Il n'émane pas d'elle la nostalgie vaporeuse de "Don't Have To Shop Around", ni même la pureté heartfelt de "I Don't Want To Lose Your Love" ou de "She's The One", mais c'est en revanche la lumière radieuse qu'elle dispense, dégagée du souvenir et des affres du sentiment, qui lui assigne une place spéciale dans le répertoire des Mad Lads. "Please Wait Until I'm Gone" est une excursion parmi les nuages, où les choeurs et les cuivres gonflent leurs parachutes, et cela sans la moindre ombre de tristesse ni de regret, sans joie exubérante non plus, seulement l'éclosion d'un désir, enfantin lui aussi, de voleter dans les cieux comme un esprit papillonnant hors de son enveloppe.

 
Le passé, le sentiment élégiaque puis l'éther, tels ont été les trois moods des Mad Lads. Ils excellèrent ailleurs bien sûr et c'est ce dont je ne vous dirai rien. Au lieu de quoi, je fustigerai la mémoire d'un groupe que je ne connais pas et qui détenait les droits sur le patronyme de "Emeralds", le nom originel choisi par les Mad Lads, bien supérieur à celui sur lequel ils durent se rabattre à la hâte. Et j'accablerai de mon mépris l'illustrateur incompétent de la pochette de leur premier album car il est évident que celui-ci, un sinistre dessinateur de cartoons télévisuels, s'est borné à lire le nom du groupe pour orner la pochette de personnages ridicules et stéréotypés, sans le moindre rapport avec la musique. Étouffant de rage et de honte, je retourne au silence.


 

The Mad Lads - Don't have to shop around

 

The Mad Lads - You mean so much to me

 

The Mad Lads - Come closer to me

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 09:23

http://acerecords.co.uk/images/CDWIK2-273a.jpg

 

Beyond the pelvis man and soul music (Stax, Hi records...) the town of Memphis has a lot to be proud of. With this show we decided to focus on late 60’s-early 70’s whiteys, with a nod to the Big Star/Ardent records constellation.

 

Goatdancers advert

Tommy Jay – Tender love

The Village Sound – These windows

The Box Tops – Deep in Kentucky

Butterscotch Caboose – World of hurt

Knowbody Else – Secret storm

Paris Pilot – Roses and rainbows

Terry Manning – Guess things happen that way

Sid Selvidge – Going through another change

Big Star – When my baby’s beside me

Chris Bell – I get kinda lost

Alex Chilton – The EMI song (smile for me)

Cargoe – Things we dream today

Swift Rain – You’re gonna come down

Judy Bramlett – Deja vu

Tommy Hoehn – Blow yourself up

 

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 19:27

http://www.delshannon.com/images/DelShannon1966Acoustic.jpg

 

Squares gone hip ! This show was an exploration of the late 60’s output of some pre-british invasion singers.

 

Bobby Vee – I may be gone

Del Shannon – She was mine

Brian Hyland – Lorrayne

Tommy Roe – Misty eyes

The Four Seasons – Wall street village day

Billy Fury – Easy living

The Everly Brothers – I’m finding it rough

Cliff & Hank – Throw down a line

The Shadows – Let me take you there

Bill Ramsey – Confusion

Bobby Cole – I’m growing old

Roy Orbison – Southbound Jericho Highway

Bobby Darin – I can see the wind

Dory Previn – Mythical kings and iguanas

Rick Nelson – Marshmallow skies

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 11:02

http://wac.450f.edgecastcdn.net/80450F/ultimateclassicrock.com/files/2012/08/SteveMillerBand.gif

 

This show is the companion to our homemade comp (see the link below). If oyu dig this one, you might also like our Funky Cowboys show. Keep the flame up, brothers and sisters.

 

Don't forget to download the comp HERE.

 

 

 

The Byrds – Sweetheart of the rodeo LP promo spot

Country Funk – For me

Charley D. & Milo – Om sweet om

Steve Miller Band – Quicksilver girl

West – Peaceful times

Pure Prairie League – You’re between me

Lynyrd Skynyrd – The seasons

America – Never found the time

Fleetwood Mac – Dust

John Randolph Marr – Ragedy Ann

Plainsong – For the second time

Flying Burrito Brothers – All alone

Cherokee – Catch the velvet evening

Cargoe – I love you anyway

Beachwood Sparks – Talk about lonesome

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 06:40

 

This show deals with later solo efforts of our gifted 60’s heroes. Scarce singles and wonderful and underrated LP's galore.

 

Neil Young – Everybody knows this is nowhere LP promo

Chuck Conlon – Won’t you say yes to me girl

Mike Konstan – This time

Michael – I’d only laugh

Val Stöecklein – Possibility I was wrong

Marcus – Royal Maze

J.C. – Where can I hide

Bernie Schwartz – Where can I hide

Rudy Romero – Simple things

Ron Nagle – Marijuana hell

Saint Steven – Sun in the flame

Alex Chilton – Everyday as we grow closer/Funky national

Arthur Lee – Everytime I look up I’m down or white dog

Alzo – Some people

John Buck Wilkin – Faces and places

Liam Hayes & Plush – I sing silence

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 10:43

http://1.bp.blogspot.com/-tG0P534W0ts/T9LU9qhAJCI/AAAAAAAAB0s/0oyD12eGmMc/s1600/cargoe_sheet_music.jpg

 

1. Stained Glass - Gettin On’s Gettin’s Rough (from the LP Aurora 1969) San Jose, CA


2. Eastfield Meadows – Love’s Gone (from self-titled Lp 1968) CA


3. Cherokee – Changin’ Winds (from self-titled LP 1971) Los Angeles, CA


4. New Riders Of The Purple Sage – All I Ever Wanted (From self-titled LP 1971) San Francisco, CA


5. The Flame – Lady (from self-titled LP 1970) Los Angeles, CA


6. Jerry Jeff Walker – Seasons Change (from the LP Five Years Gone 1969) New-York, NY


7. Jim Ford – Harry Hippie (unissued 1970) Los Angeles, CA 


8. J.D. Blackfoot – I’ve Never Seen You (from the LP The Ultimate Prophecy 1970) Cleveland, OH


9. Manassas – So Begins The Task (from the self-titled LP 1972) Los Angeles, CA


10. The Youngbloods – Sunlight (from the LP Elephant Mountain 1969) Marin, CA


11. Bodine – It’s Just My Way (from the self-titled LP 1969) WA ?


12. Eastfield Meadows – Helpless Is The Feeling (from self-titled Lp 1968) CA

 

http://a4.ec-images.myspacecdn.com/images02/66/335e875448544986b98a029084bdc4ea/l.jpg


13. Charley D. & Milo -  I’ll Keep It With Mine (from self titled LP 1970) Costa Mesa, CA


14. Bead Game – Country Girls (from the LP Welcome 1970) Boston, MA


15. Moby Grape – It’s A Beautiful Day Today (from the LP Moby Gape’ 69 1969) San Francisco, CA


16. Space Opera – Outlines (from self-titled LP 1973) Fort Worth, TX


17. Twin Engine – The Time Is Now (unissued 1971) Los Angeles, CA


18. Joe South – Children (from the LP Don't It Make You Want to Go Home 1969) Atlanta, GA


19. West – Sad About The Times (from the LP Bridges 1969) Crockett, CA


20. Gretta Spoone Band – Close Your Eyes (Pompeii 45 1968) Dallas TX


21. Rudy Romero – Love Comes (When It Wants To Anyway) (from the LP To The World 1972) San Diego, CA


22. Ginger Valley – Ginger (International Artists 45 1970) Austin, TX


23. Stained Glass – Finger Painting (from the LP Crazy Horse Roads 1969) San Jose, CA


24. Morning – Sleepy Eyes (from self-titled LP 1970) Los Angeles, CA


25. Cargoe – I Love You Anyway (from self-titled LP 1972) Tulsa, OK


 

Get it HERE !

 

http://www.progarchives.com/progressive_rock_discography_band/5635.jpg

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 10:17

 

The term "Brum Beat" or "Brumbeat" originated in the early 1960s in the wake of the famous "Mersey Sound". The West Midlands did have its own thriving music scene. This fact is gloriously revealed here. Visit http://www.brumbeat.net/.

 

The Bobcats – Can’t see for looking

The Hellions – Daydreaming of you

The Kavern Four – Stop your crying little girl

The Exceptions – The eagle flies on friday

The Applejacks – What’s the matter little girl

Ace Kefford – Oh girl

The Move – The lemon tree

Price & Sheridan – Beautiful Sally

The Idle Race – Please no more sad songs

The Rockin’ Berries – She’s not like any girl

The Hinge – Village postman

The Spencer Davis Group – The girls song

The Californians – Golden apples

The Settlers – Early morning rain

The Montanas – I’m gonna change

The Craig – I must be mad

Ugly’s – Mary Colinto

Traffic – Paper sun

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 06:46

http://tralfaz-archives.com/coverart/S/Spirit/spirit_familyB.jpg

 

For the first time in history, this show was dedicated to a single band, the incredibly rich and complex case of early Spirit.

 

Clear promo spot

I got a line on you

Morning will come

1984

Straight arrow

Uncle Jack

So little to say

Give a life, take a life

Soldier

Concert promo

Mechanical world

Clear

The drunkard

Fresh garbage

Mr. Skin

Jo Jo Gunne – I make love

 

Partager cet article
Repost0